CHEIKH IBRAHIMA FATY MBACKE (1863 – 1943)

(Source principale : La vie exemplaire de Cheikh Ibrahima Faty Mame Thierno Birahim MBACKE, de Serigne Mouhamed Bachir MBACKE ibn Cheikh Ibrahima Faty, dit Bassirou Anta Niang.)

Le contexte dans lequel naquit le Mouridisme était marqué par des guerres et des troubles, motivés par les conflits d’intérêts, la soif de pouvoir, les appétits territoriaux des différents protagonistes des pouvoirs locaux et les ambitions hégémonistes du pouvoir colonial sur tout le monde.
Dieu et les questions spirituelles étaient, à l’évidence, absents des préoccupations des hommes, même de ceux qui se paraient de titres d’érudits ou plaçaient leur action sous la bannière de l’Islam.
C’est dans ces circonstances que Cheikh Ahmadou Bamba entreprit de développer son noble projet de ramener l’humanité à Dieu. Cela veut dire clairement qu’il  » n’a pas cherché à créer une nouvelle voie différente des autres ou une communauté spécifique, mais toutes ses ambitions étaient de revivifier la voie de la  » charia  » et de la  » haqiqa « . C’est la raison pour laquelle la communauté mouride vit le jour.  » (cf. la préface rédigée par Serigne Cheikhouna Makhtar Bineta LÔ de Darou Marnane pour l’ouvrage sur Cheikh Ibrahima Faty de Serigne Bassirou Anta Niang MBACKE.)

Voilà un exemple de ces grands desseins qui infléchissent le cours de l’histoire et changent le destin des hommes. Ils sont servis par des êtres d’exception, de cette lignée d’hommes rares que Dieu ne fait descendre sur terre que pour ces causes singulières. Et, pour la réussite de leur mission extraordinaire, ces prodiges de Dieu se voient adjoindre par la Sagesse Divine des Lieutenants d’exception, à la mesure de l’ampleur de l’objectif.
Ainsi, pour l’exécution de son mandat divin, Cheikh Ahmadou Bamba s’est entouré de lieutenants si extraordinaires que chacun d’entre eux a laissé un nom inscrit à jamais en lettres d’or dans l’histoire religieuse de ce pays.
Parmi ces preux chevaliers de l’Islam se distingue Serigne Cheikh Ibrahima Faty MBACKE, également connu sous diverses autres appellations comme Mame Thierno Birahim, Ndâmal Darou ou Borom Darou.
De cet extraordinaire serviteur de Khadimou Rassoul dont il était le bras droit, l’homme de confiance et le confident, l’histoire nous a transmis une image d’attachement et de fidélité à toute épreuve à l’endroit de son maître et guide spirituel, de courage physique indescriptible, de discrétion insondable et de piété incommensurable.