Vie et Oeuvre de Serigne Souhaibou MBACKE

Serigne Souhaibou MBACKE est né en 1915, il est fils de Serigne Touba et de Sokhna Mariama Diakhaté,soeur de Serigne Amsatou Diakhaté et mère de Serigne Abdou Lahad Mbacké.
Comme tous ses fréres Serigne Souhaibou a troqué le lien de sang qui le liait à Cheikhoul Khadim contre un lien d’allégence. Fils et disciple, sa vie est l’exemple d’un mouride à la quête inlasable de son maître spirituel par la conformité à ses enseignements et recommandations. Lorsque Khadim Rassoul lui incrivait ses premières lettres sur sa tablette d’éléve avant de lei confier à son oncle Serigne Amsatou DIAKHATE il ne le voit qu’à de rares occasions. De ses rencontres nous retenons deux occasions qui à elles seules étaient suffisantes pour déterminer le cours de sa vie tellement leurs impactes sur le novice fûrent profondes .
Pour mesurer la signification de ses rencontres il fallait voir l’entousihasme et l’état dans lequelle Serigne Chouaïbou se trouvait quand il les évoquait devant ses éléves en guise de rappel mais surtout d’exhortation et d’encouragement. Ces entretiens on produit l’effet d’une éducation spirituel  » Tarbyiya  » et d’une ascention spirituel  » Tarqiyyah « . Ceci ne surprend guère car c’est une qualité des éminents saints dont l’apologie de leur charisme est relatée par Khadimou Rassoul  » Parmi eux il y a en a qui éléve leur disciple tout le temps par un seul état mais d’autre éduque et éléve par des signes éfficaces « . ( in Huqqua  » faut-il les pleurer  » vers 30)
De tous les discples ayant eut la chance d’entendre ses propos leur version se recoupe et se présente ainsi.  » après que Cheikhoul Khadim me confia à mon oncle Serigne Amsatou DIAKHATE près de trois années d’étude nous nous rendons ensemble à Diourbel sur son ordre. A cet instant confi un de ses proches serigne Chouaïbou lui aurrait dit qu’a ce moment préci sa sourate était Al Acraf sourate 7.
A sa vue comme il avait une chevelure abondante le Cheikh lui recommandat de se raser et de ne plus laisser ses cheveux poussera se niveau puis il lui questionna sur l’état de ses études et se rendu compte de leur avancement rapide. Après ces premiers enrtretiens le Cheikh se leva en direction d’une des multiples case de sa concession et lui désigna une malle lourdement chargée contenant des papiers et des plumes.
Serigne Chouaïbou, fut marqué de façon indélébile par les propos qu’il a retenus de sa rencontre avec son père et maître spirituel Khadimou Rassoul. En effet il lui avait dit :  » je voudrais que tu excelles dans l’étude du Coran et que tu te consacres à son enseignement  » cette injonction fut un sacerdoce auquel il resta fidèle toute sa vie durant.
Serigne Shouaibou Mbacké ou encore Abû Madiyana comme d’autres l’appelaient est le frère cadet de Cheikh Abdoul Ahad Mbacké troisième Khalif de Khadimou Rassoul. Il n’ a pas accédé au khalifat mais sa contribution pour la vulgarisation de l’ Islam et du message de Khadimou Rassoul dépasse les frontières du pays.