L’étape de Saint Louis

Le Cheikh arriva à St-Louis le 12 août 1895 et il dit relatant son exil : « J’ai subi dans cette île (Saint Louis), au cours de cette période des épreuves que je n’évoquerai jamais par courtoisie à l’endroit du plus DIGNE DE RECONNAISSANCE Qui est adoré par amour pour sa face. Celles-ci (les épreuves) étaient une éducation spirituelle de la part du VIVANT (DIEU) Qui ne meurt pas. Lui qui m’a dispensé de recourir aux armes contre l’assassin ».

C’est à Saint-Louis, dans le palais du gouverneur général de l’Afrique Occidentale Française (AOF), qu’a été prise, le 5 septembre 1895, la décision d’exiler le Cheikh. Ce qui lui a fait faire plus de 33 ans hors du pays. Mouttet, gouverneur général par intérim ordonna à Leclerc, Merlin, commissaire politique, de marcher sur Mbacké Bari, village du Cheikh. La rencontre eu lieu à Diéwol le 18 août 1895.Cheikh Ahmadou Bamba quitta Mbacké Bari le 18 du mois de safar pour Diéwal ou il rencontra le détachement militaire venu le prendre, Il y passa la nuit et procéda à des séances de Zikr C’est à Diéwal qu’il s’est séparé des envahisseurs. Koki, c’est la qu’il a commencé la composition du Khassida Asmahul Akhlul Badri qu’il a terminé à St-Louis. Lors de la composition de ce poème les gens de Badr sont venus à lui un à un se présenter. Louga, Serigne Touba passe la journée à lire le Coran et des personnes sont venues lui demander de mener une guerre sainte, il leur a répondu : « je n’en ai pas l’intention, je me satisfais de ce que Dieu me suffit ». Il arriva à la gare de Louga juste avant la prière de takussane et le train y était déjà. A cet instant Seydina Djibril lui fit savoir qu’il était l’heure de la prière. Serigne Touba se tourna en face d’un arbre et effectua sa prière. Il resta à St-Louis tout le reste du mois de safar et celui de rabi al awal. Ce séjour prolongé (40 jrs) était du au fait que le conseil hésitait quand à la mesure à prendre. Il hésitait entre l’emprisonnement, la mise à mort ou l’exil. Ainsi fut décidé son exil. Le 5 août le Conseil privé, décida son internement. Il est resté inoubliable grâce aux deux raakas que Cheikh Ahmadou Bamba a effectué dans la salle de délibérations. Dans ces 2 rakas, « il récita les sourates Bakhara et Ikhlas ». La dernière sourate traduisant le symbole de l’Unicité Absolue de Dieu. Le conseil privé avait appelé tous les 83 marabouts pour leur faire signer que Dieu n’existe pas, idem pour son Prophète et que le Coran est un rêve tout en sachant que Khadimou Rassoul ne ferait jamais ce qu’il voulait qu’il fasse. Serigne Touba Khadimou Rassoul, a signé ce qui suit : « Khoulhouwa Lahou Ahad Hala hou samad, Lam Yalid walam youlad walam yakoun layoo Koufou ane ahad ». Il a attesté de l’unicité de Dieu. Khadimou Rassoul fut jeté dans la cage, le lion au lieu de l’attaquer, devint docile et Serigne Touba lui donna à manger. Quand ont lui demanda comment il a fait avec le lion. Il leur répondit que celui qui est avec Rassoulilahi et ce de façon véridique, en présence d’un lion ce dernier se mettra à terre. C’est ainsi qu’il a commencé la composition du Khassida Assiru. Il fit appel à Mamadou Ndiaye Mabeye et le prenant à témoin, lui montra les premiers vers composés et lui dit : « j’irais, je reviendrais et je te trouverais ici, tu ne mourras pas avant mon retour ».

Il quitta St-Louis le jeudi correspondant au 28ème jour du mois de Gamou pour Dakar.

Comments

comments